janvier 25, 2023

by Memo in

Rencontre avec Jean Schläfli des Muéses qui a fait partie du corps des pompiers durant 50 ans

 Gens de chez nous / par Memo / 103 vues

Quand et comment la famille Schläfli est-elle arrivée aux Muéses ?
La ferme et le domaine des Muéses appartiennent à la bourgeoisie de Fribourg. La famille Schläfli est arrivée aux Muéses en 1929. Mon grand-père Rudolf et ma grand-mère Marie sont arrivés à pied avec les bêtes depuis Ueberstorf avec huit enfants. Trois fils se sont établis aux Muéses : Fritz, Ernest et Hans. Avec mon papa Fritz et ma maman Marthe, nous habitions dans le Stöckli, aux Müeses. Je suis né le 4 août 1946 et j’ai une petite sœur Erika avec qui je suis très lié. Nous sommes allés à l’école à Matran chez le régent Brodard. Ensuite j’ai suivi des cours d’agriculture à Grangeneuve.

Des bons souvenirs de ton enfance
Dans la ferme habitaient mon oncle Ernest et ma tante Klari avec leurs deux enfants Ernest (le lutteur) et Dorly ainsi que mon autre oncle Hans et bien sûr les grands-parents. On était toujours avec mon cousin et ma cousine et on jouait tout le temps ensemble ; mais aussi, on suivait nos papas à l’écurie et dans les champs. J’aimais beaucoup travailler avec papa, m’occuper des bêtes et surtout nourrir les petits veaux au lait.

Qu’est-ce que tu as aimé dans ton métier de paysan ?
J’aimais m’occuper des cultures : d’abord préparer la terre, passer la charrue, herser puis semer. J’aime regarder lever la semence, quand il se forme des belles lignes vertes bien droites dans les champs. C’est beau de voir le blé lever puis grandir et changer de couleur jusqu’à la moisson. Maintenant on laisse des prés en jachère pour la diversité écologique. Ça, on ne le faisait pas quand j’étais jeune.

Comment se passe ta semaine maintenant que tu es un paysan à la retraite ? Que fais-tu ?
Je fais ce qui me plait ! (il rit !) Je m’occupe des génisses à la grange d’en bas. (celle qui est de l’autre côté de la route des Muéses ; si vous avez un peu de chance vous pourrez apercevoir Jean dans cette direction) Je leur donne à manger, je sors les fumiers, je les sors au parc. J’ai de la chance, ma sœur Erika m’accompagne tous les matins, ensuite on boit un café ensemble.

Sinon, je lis des journaux, le 20 minutes, des revues et presque sans lunettes ! Je n’ai pas de médicaments, mais je dois quand même aller chez le docteur pour le permis de conduire du tracteur. Quand on est à la retraite, faut pas s’arrêter !

Depuis quand as-tu fait partie du corps des sapeurs-pompiers ? Dis-nous quelques souvenirs de ta vie de pompier
J’y suis entré en 1972 ! ça fait 50 ans ! (dit-il avec fierté !) J’aimais beaucoup les exercices de pompier ; je trouve qu’on était une sacrée équipe ! J’aimais aussi beaucoup faire les parcages des voitures lors des manifestations à Ecuvillens ou à Posieux.

Pour mon dernier exercice, les pompiers sont venus ici aux Muéses et ils ont fait l’exercice chez moi ; ils ont dû me sortir de la maison par l’échelle. Après on est allé manger au bistrot.

Tu fais partie de l’amicale des pompiers ; as-tu des bons souvenirs ou des anecdotes ?
Ah, les sorties, ça c’est super ! On est allé voir des beaux coins. La dernière, c’était à Lucerne et au Pilate. J’aime aussi aller aider pour le brunch du 1eraoût. J’aime les voyages en car avec les autres de la commune.

Et aussi quand on est arrivés premiers aux joutes inter sociétés à la fête chez Zamofing en 2017. Alors ça je me rappellerai toute ma vie ! (et ça brille dans ses yeux !)

Jean, quels sont tes plats préférés ?
Ce que j’aime spécialement, c’est la fondue et la raclette. Ma sœur me prépare parfois une délicieuse croûte au fromage avec un œuf dessus, qu’est-ce c’est bon !

A part les sorties avec les pompiers, qu’est-ce qui te procure du plaisir dans la vie ?
J’aime beaucoup aller faire un tour en voiture avec ma sœur ; on va en commissions ou trouver une cousine. Pour mon anniversaire, le 4 août, chaque année, elle m’emmène sur une montagne. Une année nous sommes allés au Niesen, une autre année au Stockhorn, qu’est-ce que c’est beau ! Elle s’occupe bien de moi, ma sœur Erika !

Source: article publié dans la Hauterive Info 21 janvier-février 2023 – Autrice: Monique Aebischer

 

  • Listing ID: 11889
Détails du contact

Posieux *****

Contacter l'annonceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.