novembre 23, 2021

by Memo in

Le Petit Chœur

 Culture / Posté il y a 2 semaines par Memo / 519 vues

Cette histoire commence de manière très humble, presque par hasard. Enseignante à Posieux depuis peu, je suis abordée par M. l’abbé Jean-Pierre Pittet pour animer les messes du premier vendredi du mois avec les enfants motivés. Les répétitions sont fixées le vendredi après la classe avec une trentaine d’enfants intéressés.
En automne 1975, l’abbé Pittet me fait part de son souhait de fonder un chœur d’enfants. Nous le nommons tout simplement le Petit Chœur d’Ecuvillens-Posieux. En novembre, nous animons notre première messe dominicale. Les paroissiens sont émerveillés par ces fraîches voix enfantines et des applaudissements nourris nous vont droit au cœur. Très rapidement, le répertoire s’enrichit de chants profanes pour la plus grande joie des chanteurs.
En été 1976, nous avons notre première sortie à pied à la chapelle de Notre-Dame de la Brillaz pour un pique-nique. C’est le début de nos sorties annuelles.
En 1977, nous donnons notre premier concert en l’église d’Ecuvillens sur invitation de la Cécilienne-mixte.
Le PCH accueille petit à petit de talentueux musiciens : guitaristes, pianiste, flûtiste, trompettiste, violoncelliste, batteur. Nous animons une messe par mois et des mariages, donnons un concert en fin d’année scolaire et des concerts à l’extérieur, participons à des concours et des fêtes, chantons Noël à l’hôpital et dans les EMS. Les sorties sont plus organisées et ont lieu en car.
Pour financer la vie du PCH, nous pouvons compter sur les membres amis, les donateurs, ainsi que sur les subventions communales et paroissiales. Cela nous permet également d’organiser des camps chantants, dont le premier a lieu à la Villette.
En 1990, l’abbé Pittet, notre fondateur, est nommé curé du Christ-Roi. C’est une triste nouvelle pour le PCH.
Mais cette même année, le PCH a la joie d’accueillir son petit frère : le Mini Chœur. Ma fille Stéphanie en assure la direction Le MCH regroupe les petites têtes blondes de la classe enfantine à la 3P. Désormais, une crèche vivante est célébrée tous les deux ans à Noël avec la participation des deux chœurs.
En 1995, le PCH fête ses 20 ans. Pour célébrer cet anniversaire, un comité d’organisation est mis sur pied. Cette année-là, c’est notre premier voyage et notre premier concert à l’étranger, à Mohacs en Hongrie. Une plaquette est également éditée avec les souvenirs et les mots des chanteurs.
En 1997, Stéphanie transmet la conduite du MCH à Géraldine Baechler et reprend celle du PCH. Celui-ci compte 50 chanteurs issus de la commune d’Hauterive et des villages environnants.  Pour moi, c’est la retraite et la joie de savoir le PCH en de bonnes mains.
En 2000, pour fêter dignement son quart de siècle, le PCH part en voyage dans la région de Poitiers. Avec le MCH qui célèbre ses 10 ans, il enregistre un premier CD souvenir.
Cinq ans plus tard, selon un rythme désormais installé, un nouveau voyage emmène chanteurs, musiciens et comité du côté de Paris avec, à côté de la visite de la ville lumière, une journée mémorable à Eurodisney. Côté musical, le MCH et le PCH enregistrent en 2005 leur 1er CD de Noël : « Noël en Chœur », qui sera suivi d’un second opus en 2013 : « Noël ici ailleurs ».
En 2006, la baguette du MCH change de main, reprise en tandem par Caroline Fasel et Coralie Schaub, deux anciennes chanteuses du PCH.
Puis, toujours au rythme quinquennal, le PCH aura encore l’occasion de découvrir deux régions d’Italie, le Lac de Garde d’abord, Venise et Ravenne ensuite. Lors de chaque voyage, les chanteurs animent une messe dans la ville hôte. Après Parthenay et Paris, ils découvrent une église de Sirmione, puis de Ravenne. Le MCH, à la même fréquence, organise des sorties d’une journée : Connyland, cirque Knie ou encore concert d’Aldebert à Genève.
En 2015, pour les 40 ans du PCH, tous les choristes, depuis la fondation, sont invités à venir souffler les bougies en interprétant « La complainte de Pablo Neruda » lors du concert anniversaire. Ainsi, plus de 100 chanteurs envahissent la scène pour faire vibrer la salle communale d’Ecuvillens.
A côté des messes mensuelles à Ecuvillens, de diverses prestations particulièrement durant le temps de Noël, de ses concerts annuels en mai en compagnie du MCH, de l’un ou l’autre concours ou de quelques rencontres chorales, le PCH a également eu l’occasion d’animer trois messes radiodiffusées, à Fribourg et à Broc.
Pour fêter ses 45 ans, cette année, le PCH avait également quelques jolis projets, dont un nouveau voyage en juillet. Mais un invité-surprise fort peu sympathique a stoppé net tous ses élans à la mi-mars. Après une saison brutalement arrêtée, la rentrée s’annonçait pleine d’espoir, malgré un nouvel accessoire insoupçonné jusqu’ici : le masque ! Le camp d’automne a pu se dérouler in extremis, avant une nouvelle pause, forcée… mais surtout indéterminée.
Un beau projet en préparation, initialement prévu en mars 2021 et issu de la collaboration entre la Cécilienne d’Ecuvillens-Posieux, le PCH et l’Orchestre de Chambre Fribourgeois autour de deux magnifiques œuvres classiques, « Mass of the Children » de John Rutter et « Deutsche Messe » de Franz Schubert, a d’ores et déjà dû être reporté. Rendez-vous pour deux concerts à l’automne 2021, si tout va bien !

Questions du « Lememento » à Ariane et Stéphanie
Q : 45 ans d’existence, c’est un bail. Quels ingrédients ont été apportés pour assurer le renouvellement des chanteurs, leur joie de chanter et la gestion du chœur ?
R : L’ingrédient principal est bien sûr le plaisir de se retrouver chaque vendredi et lors de prestations régulières pour chanter ensemble, mais aussi la bonne entente entre les chanteurs et les amitiés durables qui se tissent, notamment lors des camps d’automne. Le programme musical, compromis entre pièces exigeantes et chansons plus attrayantes, participe également au plaisir des chanteurs. Le PCH peut aussi compter sur un comité dévoué et fidèle dans la durée.

Q : Comment se passe la discipline durant les répétitions avec les nombreux enfants chanteurs ?
R : Au début, il y avait l’abbé Pittet, qui assistait à toutes les répétitions et veillait au grain, prenant place à côté des plus turbulents. Sans « gendarme » désormais, on cherche les meilleures conditions possibles pour un travail efficace, ce qui n’est pas toujours évident le vendredi soir…

Q : Est-ce que le programme des chants a beaucoup changé en 45 ans ? Où trouvez-vous l’inspiration pour le choix des pièces ?
R : De façon naturelle, le répertoire a effectivement beaucoup évolué au fil des années. De traditionnel dans les débuts, il s’est peu à peu tourné vers des chansons plus modernes et cosmopolites.
Concernant le choix des pièces, nous avons la chance de pouvoir compter aujourd’hui sur Internet. Cependant, le renouvellement s’avère plus compliqué d’année en année.

Q : Quels groupes d’âge sont représentés ?
R : Pour le MCH, de 5 à 8 ans ; pour le PCH, de 9 à 18 ans généralement, parfois davantage, puisque aucune limite n’est fixée.

Q : Tous les enfants sont-ils aptes à chanter et leur nombre est-il limité ?
R : Aucun tri n’est effectué. La plupart des enfants commencent au MCH et sont déjà bien formés lorsqu’ils arrivent au PCH. Les rares chanteurs pour lesquels les difficultés persistent se découragent en général d’eux-mêmes.
Le nombre de chanteurs n’est pas limité et varie d’une année à l’autre. Au MCH entre 20 et 35 petits chanteurs, entre 30 et 55 choristes au PCH pour les extrêmes.

Q : Quelle a été la meilleure acoustique rencontrée jusqu’ici ?
R : Difficile de se souvenir de tous les endroits visités, mais ce devait probablement être dans une église. L’acoustique de la chapelle des Marches, où nous chantons chaque année, est très généreuse.

Q : Comment voyez-vous l’avenir du chœur et en particulier la relève ? Y a-t-il des jeunes disposés à reprendre le flambeau ?
R : Jusqu’ici, le renouvellement des chanteurs a toujours été assuré. Quant aux musiciens, ils sont tous âgés d’une vingtaine d’année, voire moins. Pour ce qui est de la direction… joker !

Q : Si des parents veulent inscrire leurs enfants au Mini ou au Petit Chœur, à qui doivent-ils s’adresser ? Faut-il habiter la commune d’Hauterive ?
R : Les parents intéressés peuvent s’adresser directement aux directrices avant le début de l’année scolaire, soit Caroline Chatton (caroline.fasel@bluewin.ch) ou Coralie Taramarcaz (coralie.schaub@bluewin.ch) pour le MCH, Stéphanie Monney (ms.monney@bluewin.ch) pour le PCH.

Photos :
en noir et blanc est celle du 1er concert de 1976.
La photo sur le pont de Ste Appoline est celle du 20 -ème anniversaire de 1995.
Les deux autres photos sont celles du dernier camp chantant d’octobre dernier.

  • Listing ID: 7096
Détails du contact

Posieux *****

Contacter l'annonceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *