septembre 8, 2021

by Memo in

Les origines de la Bénichon

 Culture / Posté il y a 5 mois par Memo / 272 vues

La fête de la Bénichon – synonyme aujourd’hui de repas copieux, de danse et de fête foraine- a, comme vous le savez très certainement, une origine religieuse. Le mot Bénichon qui vient du mot latin benedicto, en français bénédiction, correspond à l’anniversaire de la bénédiction de l’église, autrement dit à la fête de la dédicace de l’église paroissiale. Cette fête religieuse était suivie d’une partie festive profane, fort ancienne, puisque la plus ancienne mention connue apparaît dans une ordonnance de Leurs Excellences de Fribourg datée du 23 septembre 1443, qui fait état de troubles occasionnés par les vagabonds aux « benissions ».

Le problème pour les autorités venait du fait que la fête profane prenait trop d’importance. Précisons que la fête durait trois jours ( !), du dimanche au mardi et les paroissiens ne fêtaient pas seulement leur bénichon villageoise, mais se rendaient également dans les villages avoisinants, multipliant ainsi les jours chômés. De plus, certaines communes fêtent plusieurs Bénichons. Ainsi, en 1747, il est décidé que chaque paroisse continuerait à fêter la dédicace de son église de manière religieuse, mais que dorénavant la fête de la Bénichon, c’est-à-dire les réjouissances profanes, se ferait uniquement le deuxième dimanche de septembre, « auquel jour seulement il sera permis de danser et se divertir, quoique avec modération, tant sur les places publiques que dans les cabarets et bouchons (autre nom pour cabaret), et dans les endroits où se vend ordinairement du vin ». Hormis ce jour, plus question d’avoir la permission de danser !

Il fallut attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour que les Bénichons se fassent à date fixe, tout en maintenant les exceptions que l’on connaît aujourd’hui. En 1889, on fixe la Bénichon « de la montagne » au deuxième dimanche d’octobre. Le Recrotzon est fêté la semaine qui suit la Bénichon, sauf les villages de la plaine qui le fêtent 15 jours plus tard, pour ne pas coïncider avec le Jeûne fédéral.

La fête de la Bénichon prend dès lors une nouvelle dimension : elle marque la fin des travaux des champs pour la Bénichon de septembre, et le retour des troupeaux en plaine après un été passé à la montagne, pour la Bénichon d’octobre. C’est d’ailleurs le lundi de Bénichon que l’on payait traditionnellement l’armailli qui avait passé l’été avec le troupeau en montagne. Le repas marque le moment des retrouvailles et la famille, au sens élargi du terme, se retrouve autour de  la table pour le fameux repas, le fameux menu de Bénichon. Ce menu va se perpétuer tout au long du XXe siècle, selon la tradition.

On ne va pas parler de ce menu qui nous demanderait trop d’explications. Du reste, l’immense majorité de nos lecteurs est mieux à même d’en causer !

Aujourd’hui, la Bénichon est toujours une fête traditionnelle que les Fribourgeois apprécient et réinventent : course de charrettes à foin, marché artisanal, cortège, foire, tir, tracto-bénichon, lancée de la cuchaule, etc. Mentionnons pour la commune de Hauterive FR, nos villages d’Ecuvillens-Posieux avec le marché folklorique le samedi et le fameux cortège du dimanche. Malheureusement, pour les raisons connues, cette fête et tradition n’aura pas lieu cette année, en 2021. Le succès de ces manifestations montre à quel point les Fribourgeois sont attachés à la Bénichon.

Sources :

Nous devons ces précieuses informations à la plume de Mme Anne Philipona, historienne et spécialiste de la Bénichon entre autres, dans « Petit historique de la Bénichon », « Fêtes et traditions fribourgeoises » : La Bénichon.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter ses ouvrages.

  • Listing ID: 8520
Détails du contact

Ecuvillens *****

Contacter l'annonceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *