juillet 5, 2021

by Memo in

LE COIN DU PATOIS - poème en prose dédié à Ecuvillens

 Le Patois / par Memo / 582 vues

Nous devons à la plume de M. Louis Monney, Luvy de la Golèta, 1903-1983, ce très beau poème en prose dédié à son village d’Ecuvillens. Il l’a lu lors du « Noël du Troisième âge » organisé par la Société de Développement en décembre 1977, à Posieux, à La Croix-Blanche.
Vous trouvez la traduction en français dans la 2ème partie de l’article.

« A mon bi velaodzou de Kuvilyin » (A mon beau village d’Ecuvillens)

« L’in ya chèptantètrè j’an viyé lou dzoua dan la pitita méjouneta de la Granta-Lètzire.

To dè gran te mao tiniya keman yon dè tè j’infan, à koué t’ao ran rèfoujao.

Ta bouna tèra, chu la tchinta mè chu tan chovan korbao m’a to don lon rinbaochao à pyinnè man.

Tè remaorthyou po lou djouyou que te mè balyivè, kan poué onkora mè kritsi tantiè chu la fritha dè tè provantè kouthè, londzi lon pathourè totè botyataoyé è d’ouna man bin dâthe kajalao lè pèjan j’èpi dè froman ke chè brinnaovan on cherin d’ouna galéj’oura d’avèprao.  Te mè vouèthaovè bin gayao kan te mè léchivé alao gugao dèje lè hôtè thuvè  è lè lordou fothy dè tè balè dza, chorèprandre on djythou la pitita lâvra ou bin la grathiâja tsevrèta è lou piti éthiynru on koutsè dè cha chapalèta.

Te m’ao djamé rèfoujao l’ivouè hyora è frètse d’in j’intsè dè tè borni : din Tsintrè, don Poyet, don Prao-na è dan lou tin ha don Borni-don-Poutin. Cht’ache n’irè pao la meyâ, dè pye bala ke cha chourche fajin  bon vejenaodzou avoin ouna lorda kourtena. Ch’ti borni irè bin gayao lounao. Que lou tin verichè on tan chin pou chu lou chè, telé ke no fajâ onna krije dè prostate, ma reprangnâ kan mimou onna tsahyiare a fére veri on moulin kan lou pou tin douraovè è fajin ran bon ithre à cha portaoye, lou furi, che la nâ ch’in d’alaovè dè chè. Rèvon dè chè fregaotzè no l’in yan to kour Graobou, yô on dzoua dè ouè l’in fô bin din manârè po pouin ch’innèyi, tan la Charna tsèrayé pou mé du Rochin à Invouao.

Te m’ao to gran bin vo vouerdao kann roubataovou dans lè j’introuvenou din Vilyou Tsathi po chontao dan lè piti goua, bin tâdou, dè ta galéja Yanna ; è apri m’avin bin buyao, mè léchi remontao la Rotsèta, to redjè è konradya po reprandre la taotse à la Goleta.

Tè remaorthyiou dè no j’avin vouerdao nouthron bi mohyi è chè bon prithè, po ke to dè gran âchou pu intandre mècha è chermon è dè tin j’in tin veni dèmandao graothe, kan pè maoleu mè léchou krotsi à la bochounaoyie don mô fére.

Ora, mon d’amao velaodzou, ora ke lè j’an keminhyon tsakraman a pèjao, ora ke fô bin gayao pilachi, tè rediou è te demandou : kan l’ari hyou lè j’yè è fournâ ha dèrire rèpojaoye dè palyijan donlon don fenèthry dè mon payou, dan ton by chimetiérou, ouvra-mè onkora tè gran bré po brechi mon dèri chonou, tantiè a l’âra ke Chi dè lé hô dzudzèrè bouna dè no rèvèlyi tréti po lou to gran è lou pye bi Renovi .»

Traduction libre

A mon beau village d’Ecuvillens.

Il y a septante trois ans que j’ai vu le jour dans la « petite maisonnette » de la Grande Léchère.
Tu m’as toujours considéré comme l’un de tes enfants et ne m’as rien refusé.
Ta bonne terre, sur laquelle j’ai si souvent courbé l’échine, m’a toujours dédommagé à pleines mains.
Je te remercie pour la joie que tu m’offrais quand je pouvais encore monter jusqu’au sommet de tes grasses collines, longer leurs prairies émaillées de fleurs et caresser d’une main douce les lourds épis de froment se balançant sous le souffle d’une agréable brise d’après-midi. Tu me « gâtais » lorsque tu me laissais flâner sous les hauts sapins et les énormes hêtres de tes belles forêts, surprendre au gîte le jeune lièvre ou la biche gracieuse, à moins que ce ne fut le petit écureuil sur son sapin.
Tu ne m’as jamais refusé l’eau claire et fraîche du goulet de tes fontaines, celle des Chintres, du Poyet, du Pré Neuf et, autrefois, du “Borni don Poutin » (1). Celle-ci n’était pas la meilleure, d’autant plus que sa source voisinait  allégrement avec un énorme tas de fumier. Elle était plutôt lunatique. Il suffisait que le temps se mit au sec pour qu’elle fasse sa crise de prostate. Mais lorsque durait le mauvais temps, elle vous chassait un jet à faire tourner une roue de moulin. Il ne faisait pas bon être à sa portée lorsque, au printemps, la neige se mettait à fondre brusquement. Lassés de ses caprices, nous lui avons fait son affaire (litt : « coupé le sifflet ») et envoyé son eau jusqu’au fond du Grâbou. Là-bas, de nos jours, il faudrait se donner bien de la peine pour se noyer dans la Sarine, si maigre est le flot qu’elle charrie de Rossens à Invua.
Tu m’as bien préservé lorsque je culbutais dans les ravins du Vieux château pour aller me plonger dans l’eau tiède de ta jolie Glâne. Je remontais après le bain par la Rotsetta, ragaillardi et plein de courage pour retourner à mes tâches à la Golèta (2).
Je te remercie de nous avoir conservé notre belle église et ses bons prêtres, d’avoir ainsi toujours pu entendre messe et sermon, venir de temps en temps demander grâce lorsque, par malheur, je me laissais prendre au buisson épineux du mal.
Maintenant, mon village aimé, maintenant que le poids des ans se fait plus lourd et que la santé défaille (3) je te redis et je te demande : quand j’aurai clos mes yeux et que je serai entré dans le dernier repos du paysan, couché le long des fenêtres de ma chambre (4), dans ton beau cimetière, ouvre-moi tes grands bras pour bercer mon dernier sommeil, jusqu’au jour où le Très Haut jugera bon de nous rappeler tous à la vie pour le plus grand  et le plus beau des renouveaux.

Louis de la Golèta

  1. Le « borni don Poutin » : fontaine aujourd’hui disparue qui se situait à droite du chemin, en descendant vers Posieux, près de la ferme Romain Page. Actuellement, c’est le chemin qui débouche du quartier des Granges. Elle coulait abondamment par mauvais temps (« pou tin ») et tarissait sitôt les beaux jours revenus.
  2. La Golèta : nom de la ferme qu’habite l’auteur.
  3. Littéralement : « maintenant qu’il faut avaler passablement de pilules » (« pilachi »).
  4. Le long des fenêtres : rappel de l’ancienne coutume qui voulait que le défunt reposât parallèlement à la paroi, sous les fenêtres.
  • Listing ID: 8080
Détails du contact

Ecuvillens ***** https://hauterive.lememento.ch/

Contacter l'annonceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.