octobre 9, 2021

by Memo in

Le coin du patois - Les cheveux

 Gens de chez nous / Posté il y a 3 semaines par Memo / 118 vues

L’abbé François-Xavier Brodard (Jèvié), 1903-1978, a accompli un travail remarquable dans la connaissance et la sauvegarde des traditions du canton de Fribourg. Il a collaboré avec le journal « La Liberté » en écrivant une série d’articles, « Chu le ban dévan la méjon ».

Grimpons quelque peu au sommet de notre tête. Qu’y trouvons-nous ? Des cheveux ou pas de cheveux. Une puissante tignasse, une chevelure normale ou un début de calvitie ?

Les cheveux

En voilà un  de chapitre ! Les cheveux ! De quoi mettre de mauvaise humeur ceux qui n’en ont plus guère, comme moi. Mais tant pis pour eux, s’ils s’en prennent. « L’aron to le mô dé lou revejà », ils auront toute la peine de se raviser.

Il y a bien des nuances dans le couleur des cheveux. Il y a les cheveux noirs, qui vont du « nê kemin on Mâro » noir comme un Maure (un noir dirait-on actuellement) au « nîrà » noirâtre, noireaud, en passant par celui qui est « nê kemin na garôda dè tsapapan », noir comme une guêtre de chapelain.

Le « nira » est parfois aussi châtain. Puis il y a le « byantsà », le blond clair, sans oublier le blond tout court. Ici, les nuances sont plus diverses. Il y a le « byêdo », le blond clair, délavé. Il y a le « byan-rochè », couleur queue de vache. Il y a le « rochè » le roux, et le « dzêyo », le rouquin de couleur indécise.

Il y a aussi le « rodzo », le rouge.

Ces cheveux sont frisés, « frejî », parfois tout ondulés, « to gredyotà », parfois très ondulés, « tot’in na koukiye ».

D’autres ont les cheveux tout droits, « rê kemin la djuchtije dè Bêrna », raides comme la justice de Berne, ou « kemin di bajyètèdè tambour », comme des baguettes de tambour.

Il en est … qui n’en ont plus guère, qui sont « pyumà kemin on dzenâ », chauves comme un genou. Ils avaient peut-être autrefois une sorte de tourbillon de cheveux au coin du front, « on rabuji », tout cela a disparu ! D’autres n’ont pour ainsi dire plus un fil sur la bobine, « chon pyuma kemin di-j’â », ils sont chauves comme des œufs.

Qu’ils se consolent : Dieu a fait un grand miracle pour protéger le prophète Elisée, chauve comme un œuf, que des galopins insultaient à cause de sa calvitie. Mais, d’autre part, on sait comment a fini Absalon, avec sa belle chevelure. Oui, chauves, mes frères, voilà un genre de mort peu enviable, qui ne nous menace pas. C’est toujours çà ! Vous pourrez répondre à ceux qui ont une chevelure insolente et qui seraient tentés de se moquer de vous, ce que répondit un chauve malin : « Kan l’êrba krè tant bin, l’è ke li a proû fèmé dèjo ! «

Texte tiré de feu François-Xavier Brodard, « Sur le banc devant la maison »

Memento No 34 de juillet 1989

  • Listing ID: 8770
Détails du contact

Posieux ***** https://hauterive.lememento.ch/

Contacter l'annonceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *