septembre 10, 2021

by Memo in

Le coin du patois - 3 -

 Culture / Posté il y a 2 semaines par Memo / 24 vues

La pènetinthe

On dzouno dè pè vèrno ke faji on tan chi pou le malin ma k’amâvê pâ tan prèyi, iré jelâ yiâdzo chè konfèchâ.

Bin chur que ly avi grantin ke n’irè pâ rè jelâ din ha pitita méjenèta nêre.

Kan la jou grantin explikâ chè pèkadilyié ou konféchia, cht’iche ly a de :

  • M’nèmi, po vothra pènetinthe, vo derê trè patère.
  • Mon cheu, vo m’in dèmandâdè bin pra.

N’in ché tiè yion dè patère.

Oral lè dou j’ôtre…vo katse pâ…lè j’é po aprê.

Traduction

La pénitence

Un jeune homme de chez nous, qui fait volontiers le malin mais n’est pas très pieux, entre un jour au confessionnal.

Il doit y avoir longtemps qu’il n’y a pas remis les pieds (litt : « qu’il n’est pas retourné dans cette petite maison noire »).

Après avoir longuement débité ses peccadilles au confesseur, celui-ci lui dit :

  • Pour votre pénitence, vous réciterez trois Pater.
  • Mon père, répond le pénitent, vous m’en demandez beaucoup. De Pater, je n’en connais qu’un seul. Les deux autres pas, … je ne les ai jamais appris …
Tiré du Recueil de poésies de Pierre Quartenoud (1902-1947) agriculteur, poète et auteur dramatique en langue patoise. Il est le père d’Anne-Marie Yerly-Quartenoud, née en 1936. Ecrivaine patoisante très connue dès 1973. Treyvaux.
  • Listing ID: 8542
Détails du contact

Ecuvillens *****

Contacter l'annonceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *