octobre 24, 2022

by Memo in

Giron des jeunesses Sarinoises 2023: -Rencontre avec Kevin et Jérémy Monney membres du CO

 Interview-Rencontres / par Memo / 145 vues

Bonjour Kevin et Jérémy – vous faites partie du Comité d’organisation du Giron sarinoise 2023.  Pouvez-vous vous présenter brièvement ?
K : Je m’appelle Kevin Monney, j’ai 29 ans. J’habite à Ecuvillens. J’ai fait durant 10 ans la jeunesse et plusieurs années au comité. Je suis membre de la société Bénichon et tradition. Je suis paysagiste de profession. Mes passions sont le sport en montagne, le ski et la marche ainsi que passer du temps avec les amis.
J : Jérémy Monney 30 ans habitant de la commune du Gibloux. Ayant fait partie de la jeunesse durant plusieurs années que ce soit en tant que membre puis au sein du comité en qualité de 5ème membre, vice-président et président. Mes passions sont les sports en montagne.

Jérémy quelle est ta mission pour ces jeux ?
: Il a fallu déjà trouver une équipe afin de former une commission. Par la suite nous avons choisi les jeux en rapport avec le thème choisi par la jeunesse. Le tout sera de mettre en pratique ces jeux pour les jeunesses.

Que vous apporte personnellement le fait d’être un des organisateurs de cet événement ?
K :
Tout d’abord de l’expérience et de la fierté quand la fête sera accomplie. De la connaissance avec toutes les démarches que l’on va entreprendre.
J : un challenge que l’on ne peut pas forcément avoir plusieurs fois. Une expérience pour la vie professionnelle et personnelle.

Kevin, que comprend l’infrastructure ?
En gros toute la place de fête… ça commence par la réalisation des plans de la place de fête (PDF), de la construction des bâtiments à l’électricité, sanitaire et du démontage. Organiser les transports, la location des machines pour accomplir ces travaux. Dans la commission on est 10 personnes à planifier le déroulement dans ces divers secteurs.

Jérémy le thème « Les Jeux Vidéo » suppose l’utilisation de consoles, manettes ou autre électronique ? Comment se traduit concrètement sur le terrain la pratique de jeux électroniques ?
Oui il y a bien sûr des consoles et des manettes, mais on est plutôt sur la mise en application du jeu lui-même. Le but est que les jeunes soient eux-mêmes le personnage de ces jeux vidéo.

Vous avez certainement déjà participé à d’autres Girons, quelle est la clé du succès selon vous ?
K :
Oui j’ai déjà participé à d’autres Girons que ce soit pour faire la fête ou pour le montage. Par exemple, en 2014, je suis allé aider pour le montage à Farvagny et en 2017, j’étais dans la commission des jeux à Vuisternens-en-Ogoz. J’ai gardé de très bons souvenirs et une bonne expérience de vie.
Je pense que la clé du succès est que jeunes et moins jeunes puissent faire la fête ensemble et à leur guise. Qu’ils gardent un souvenir que ce soit de la décoration, de l’endroit ou simplement des rencontres qu’ils feront durant ces jours festifs.
J : il n’y a pas de clé pour le succès mais je pense qu’une bonne ambiance, des personnes motivées à venir participer à ces moments avec les jeunes et moins jeunes. Une météo frôlant les 4 soleils nous donnera une bonne partie du succès.

Quelles sont les principales difficultés et défis qui vous attendent ?
K :
Pour les difficultés ça a commencé au mois de juin pour le démontage du Bar à vin. C’est un bâtiment imposant de 20x30m pour lequel il a fallu trouver un camion grue et un manitou, j’ai croisé les doigts pour éviter la pluie… mais le jeudi on a reçu deux belles averses avec du vent, ce n’était pas fameux. Ensuite on a eu la tonnelle à démonter à Granges Veveyse, c’était un long trajet (env. 1h15) pour les chauffeurs de tracteur.

Une grande tâche nous attend… Durant l’automne, nous devrons planifier le budget.  J’appréhende beaucoup car ce n’est pas une chose facile à faire mais on est une bonne équipe. Pour le montage ça sera plutôt de trouver du matériel type ’’barrières Heras’’ et la météo. Croisons les doigts pour qu’il fasse beau ! Le plus gros défi que j’ai sera que la PDF soit prête le jour J sans aucun accident durant le montage.

J : La discussion pour trouver du matériel, la réalisation des jeux en amont, être dans les délais pour la construction où la météo joue une grande partie pour l’aide des bénévoles. Et le plus important, la sécurité des personnes qui seront sur place.

Pour la réussite de la fête, il reste encore beaucoup à faire. Comment comptez-vous vous en sortir pour la mise en place de l’infrastructure – Avez-vous prévu le support de bénévoles jeunes et moins jeunes ?
K :
Je compte sur la jeunesse car c’est leur fête et sur la population pour nous donner un coup de main. Peu importe l’expérience des personnes car il y aura du boulot pour tout le monde. Les bénévoles sont indispensables pour la réalisation d’une telle fête qui a pris une ampleur conséquente. Que ça soit pour avant, durant et après la fête on a besoin de beaucoup de personnes. On est un village soudé et j’espère que les gens vont répondre présents car c’est une organisation qui touche petits et grands.
J : Heureusement pour le support bénévoles il y a une commission qui se charge de cette partie, ce qui nous permet d’être présent sur des autres parties. Pour la mise en place de l’infrastructure on regarde entre les jeux et l’infrastructure elle-même pour se coordonner et ainsi faire un maximum en commun pour le montage des grands bâtiments. Il y a aussi les commandes de matériaux ou la location de machines qui est important.

Quel est le plus grand défi pour vous personnellement ?
K :
Que la fête soit belle et de pouvoir en profiter un max et d’arriver à réaliser toutes les tâches que la commission doit faire.
J : Trouver du temps dans un agenda bien rempli afin de pouvoir être dans les temps et satisfaire tout le monde.

Quels sont les risques dans votre domaine ?
K :
De dépasser le budget avec les imprévus, de ne pas respecter les délais et d’avoir un accident durant le montage ou démontage.
J : Ma plus grande crainte est surtout un été mauvais jusqu’à la fin de la fête. L’annulation complète de la manifestation.

Quel est votre état d’esprit dans cette phase du projet ?
K :
Pour le moment je suis bien, j’ai beaucoup cherché des informations pour me rassurer, j’arrive à suivre pour l’organisation. La suite sera beaucoup plus intense. Je n’espère juste pas avoir un coup de mou ou un problème, mais on est une bonne équipe au comité ainsi que dans ma commission et on trouvera vite des solutions pour aller de l’avant. Cependant j’ai tout de même de l’appréhension pour mai-juin.
J : Actuellement je suis dans une période moins stressante que d’autres commissions mais d’ici quelques temps ce sera plus intense.

Avez-vous un message à faire passer pour nos lecteurs ?
: Il ne faut pas craindre de venir nous donner un coup de main et d’amener vos idées. L’endroit est juste magnifique avec la vue sur nos belles Préalpes Fribourgeoises. Je serai content de vous rencontrer dès le 29 avril 2023 pour le début des montages ou autour d’une bière durant la fête. Sur-ce, vive les Girons Sarinois et notre belle commune !
J : Cette fête ne peut pas avoir lieu sans ses bénévoles… Venez seulement participer à son élaboration, donner un coup de main ou même voir l’avancement.

Source: article publié dans la Hauterive Info no 19 octobre 2022 – Auteur: Claudio Berta
  • Listing ID: 11296
Détails du contact

Posieux *****

Contacter l'annonceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.