septembre 22, 2021

by Memo in

Des Fribourgeois à la Bérézina : le destin de deux soldats d’Ecuvillens-Posieux

 Histoire de notre commune / Posté il y a 11 mois par Memo / 217 vues

Juin 1812 : Napoléon 1er et sa Grande Armée (680000 hommes), se mettent en marche pour conquérir l’Europe et plus spécialement l’immense Russie. Cette armée très « européenne » et très cosmopolite est composée de 350000 Français mais aussi de diverses populations européennes comprenant, entre autres, 12000 à 15000 Suisses. Ce qui en fait la plus grande armée européenne jamais rassemblée. Le 14 septembre 1812, elle entre à Moscou qui avait été précédemment incendiée par les Russes eux-mêmes. Le 18 octobre, c’est le début de la déroute et du repli.

Cette campagne révèle que Napoléon a grandement sous-estimé l’ampleur des difficultés :

  • sous-estimation de la logistique
  • sous-estimation des aléas climatiques (le général Hiver)
  • tactique de la terre brûlée utilisée par les Russes.

On peut affirmer que les maladies, la rudesse de l’hiver, le courage des soldats russes et la résistance opiniâtre des populations civiles sont responsables de la défaite de Napoléon en Russie. Il faut noter que, 130 ans plus tard, l’histoire se renouvellera pour la Wehrmacht, cette fois, dans son invasion de l’URSS. Les troupes allemandes étaient arrivées à quelque 30 km de Moscou sans s’en approcher davantage. Pour elle commença une lente mais inéluctable retraite jusqu’à Berlin !

Les Suisses qui y ont participé se sont tout particulièrement distingués lors de la bataille de la Bérézina, qui a permis aux débris de la Grande Armée d’échapper, en partie, aux Russes. Un homme sur 20, parmi les Suisses que comptait la Grande Armée, revint sain et sauf de Russie. Attestés ou non au passage de la Bérézina (26 au 29 novembre 1812), il existe une liste des Fribourgeois ayant, pour l’immense majorité d’entre eux, perdu la vie dans les vastes étendues des plaines russes. L’ampleur du désastre fut telle que l’on a perdu toute trace de la majorité des soldats : d’où la mention « sort inconnu » signifiant, la plupart du temps, une issue fatale.

Dans cette liste des Fribourgeois engagés dans la campagne de Russie figurent les noms de 2 soldats d’Ecuvillens-Posieux, qui selon les informations à disposition, ont, semble-t-il, vécu un sort très opposé.

Ce sont : Jean JOYE, fils de Joseph et de Chenaux Anne-Marie, né en 1791, de et à Ecuvillens, incorporé en 1812 dans le 2e rgt (régiment) suisse comme caporal, licencié en 1815.

Nicolas Antoine Joseph VESIN, fils de Joseph et de Birbaum Marie, né en 1788 à Ecuvillens, incorporé en 1806 dans la compagnie d’artillerie suisse comme canonnier (sort inconnu)

Sources : – Alain-Jacques Tornare : «Des Fribourgeois à la Bérézina » dans les « Annales fribourgeoises » du 11.07.2021
  • Swssinfo.ch
  • Archives cantonales fribourgeoises
  • Listing ID: 8630
Détails du contact

Posieux *****

Contacter l'annonceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.